Les chiens de Pripyat, Tome 1

pripyat

resume

26 avril 1986 : une série d’explosions ravage la centrale nucléaire de Tchernobyl, contaminant tout dans un rayon de plus de 200 km. Après l’évacuation des plus proches villages, des groupes de chasseurs sont formés avec pour mission d’abattre les animaux touchés par les radiations et qui vivent en liberté dans des villages fantômes. Pour trente roubles par animal tué, une brigade accepte de pénétrer la zone. Là, ils croiseront le destin de personnages extraordinaires. Des âmes perdues, abandonnées dans la lande irradiée.

avis

J’ai une affection toute particulière pour la collection « Grand Angle ». Ses scénarios forts servis par un dessin propre et net me plaisent quasiment à tous les coups.

Ici, on suit Kolia, un jeune garçon qui vit presque en direct l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl (accident suggéré en quelques vignettes). Après un saut dans le temps dont on ignore la durée avec exactitude, on retrouve Kolia, son père, et d’autres hommes agglutinés dans un tracteur, prêts à franchir un barrage militaire pour entrer dans une zone contaminée. A partir de là, tandis que les adultes vont s’affairer à liquider un maximum de chiens abandonnés, le garçon va chercher tous les prétextes pour ne pas y participer. Certaines scènes sont vraiment dures et j’aurais aimé que la violence des hommes soit un peu plus « justifiée » : insister sur la dangerosité de la zone radioactive, sur la menace que représente ces animaux en liberté, etc. En tout cas, on comprend bien que ces hommes sont prêts à tout pour quelques pièces (que ce soit le groupe principal ou d’autres qui rôdent dans les parages). Certaines de leurs conversations ne sont pas toujours très compréhensibles; cela permet de s’identifier d’avantage à Kolia. Mais n’y a-t-il vraiment que des animaux dans ces villages désertiques? Dans l’ombre, d’étranges personnages en combinaison surveillent le groupe de chasseurs… Que leur veulent-ils? Mystère.

20170205_151835

La fin surprenante relance un peu l’histoire et nous sauve de l’ambiance très cruelle qui règne sur ce premier tome. J’ai apprécié en savoir un peu plus sur Tchernobyl vue « de l’intérieur ». Les planches de villages à l’abandon, d’enterrements, de bâtiments démolis sont impressionnantes et suscitent beaucoup d’émotion. Je lirai avec plaisir la suite et fin de ce diptyque.

Note :

03


fiche1

Scénario : Aurélien Ducoudray
Dessin : Christophe Alliel
Éditeur : Bamboo
Collection : Grand Angle
Année de parution : 2017
Genre : BD indépendante
Nombre de pages : 56

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s