Les sœurs Carmines, Tome 1 – Ariel HOLZL

resume

Merryvère Carmine est une monte-en-l’air, un oiseau de nuit qui court les toits et cambriole les manoirs pour gagner sa vie. Avec ses soeurs, Tristabelle et Dolorine, la jeune fille tente de survivre à Grisaille, une sinistre cité gothique où les moeurs sont plus que douteuses. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, et huit familles d’aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône.
Après un vol désastreux, voilà que Merry se retrouve mêlée à l’un de ses complots ! Désormais traquées, les Carmines vont devoir redoubler d’efforts pour échapper aux nécromants, vampires, savants fous et autres assassins qui hantent les rues… 

avis

Ce roman avait rejoint ma PAL depuis le salon du livre de Paris… 2017 ! Halloween approchant gentiment, c’était l’occasion parfaite pour enfin lui donner sa chance ! Entre temps, j’avais lu beaucoup d’avis positifs sur cette trilogie. Je ne sais pas vous, mais quand je lis des tonnes d’avis enthousiastes sur un livre, j’appréhende toujours d’avoir un sentiment différent à son égard… Il était temps d’être fixée.

L’auteur nous met immédiatement dans l’ambiance puisque l’histoire démarre dans un cimetière. Les différents décors sales et macabres dans lesquels on se balade tout au long du livre sont absolument séduisants; non pas que je cultive un côté morbide, mais Grisaille et ses habitants sont, certes, sorties des pires cauchemars, mais ils sont aussi loufoques et quasi inoffensifs, un peu comme dans une oeuvre de Tim Burton. 

« La noyade, c’est plutôt douloureux. Presque aussi douloureux que le bûcher. Quoique beaucoup plus court, bien sûr. J’en sais quelque chose, on m’a déjà noyée trois fois… »

C’est dans ce paysage savoureux qu’évoluent donc les sœurs Carmines. Merryvère, la cadette, fait office d’héroïne dans ce premier tome et campe sur la couverture. Elle est maligne, agile, indépendante et débrouillarde; bref, le personnage parfait qu’on adule à chaque intervention. J’ai cependant eu plus de soucis pour apprécier ses sœurs que j’ai trouvées trop stéréotypées : Tristabelle est une jeune femme qui se veut distinguée et qui préférait sacrifier sa vie plutôt que son maquillage, et Dolorès est la petite dernière, toute douce et mignonne, qui parle avec sa peluche démoniaque et qui voit les fantômes. Je prie pour que leur personnalité soit plus travaillée dans les tomes suivants car je ne les porte vraiment pas dans mon cœur pour le moment… L’intrigue n’offre pas non plus de grandes surprises, mais le récit est sauvé par un humour et un cynisme qui se prêtent parfaitement à cet univers.

Il semble évident que j’attendais trop de ce roman. Certes, ce fut une lecture agréable que j’ai vite terminée, mais j’aurais aimé avoir ce coup de cœur que beaucoup de lecteurs ont eu. Cela étant dit, j’ai trouvé le cliffhanger de fin vraiment efficace; par conséquent, je reste curieuse de connaître la suite.

Note :

03


fiche1

Auteur : Ariel Holzl
Éditeur : Mnémos (collection Naos)
Format : broché
Date de parution : 16 mars 2017
Genre / thématique(s) : fantastique, aventure, humour
Tranche d’âge : à partir de 15 ans
Nombre de pages : 271
ISBN : 9782354085452

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s