Le chat aux sept vies, Tome 1

Nanao et Machi sont deux chats errants qui vivent au quotidien au contact de la mort. A leurs yeux, les humains n’existent que pour les nourrir grâce aux « tables » qu’ils leur servent. Sauf qu’ils rencontrent un beau jour Yoshino Narita, une jeune femme de cette espèce qu’ils exècrent tant. Si la première impression est catastrophique, elle risque bien, à terme, de changer radicalement leur vie à tous les trois…

Les mangas consacrés aux chats sont assez nombreux. J’en ai lus quelques uns sans jamais finir les séries car j’étais toujours confrontée à une intrigue facile, qui ressemblait beaucoup à toutes les autres. Le chat aux sept vies se démarque par un scénario moins enfantin, sans pour autant se départir d’humour. On joue sur le côté mignon et manipulateur des félins, déterminés à trouver un coin chaud ou recevoir quelque nourriture. Mais cela semble de plus en plus difficile pour les chats sauvages de cette histoire. Nourrir les animaux errants est devenu très réglementé; par conséquent, Nanao, Machi et tous les autres sont affamés.

De l’autre côté, on suit une jeune femme : Yoshino Narita. Avec son petit frère Kippei, ils tiennent des bains publiques. Si le jeune homme est complètement gaga des félins qui traînent dans leur quartier, ce n’est pas le cas de sa sœur. Elle semble effrayée à leur contact. Pourquoi cette crainte et pourquoi Nanao, le chat noir et blanc, garde-t-il un grelot autour du cou ?

On obtient une grande partie des réponses dès ce premier tome. Un flash back explique l’histoire respective de ces deux personnages, et l’émotion est au rendez-vous. J’ai dévoré cette partie du manga. L’animal autant que l’humaine sont très touchants et me donnent hâte de savoir ce qu’il va se passer dans le tome 2 (qui devrait sortir en avril, et le tome 3 en juin).

De même que le scénario oscille entre rire et émotion, le dessin alterne entre le cartoon et le trait plus réaliste. Le tout est propre, détaillé et le découpage est bien pensé et contrôle le rythme de l’histoire.

Ce manga devrait séduire tous les amoureux de chats, voire arracher une larme ou deux. Il s’adresse à un public plus mature que Chi ou Plume, par conséquent, je le déconseille en dessous de 12 ans. Il me tarde vraiment d’en connaître la suite !

Note :

04

Scénario / Dessins : Gin Shirakawa
Éditeur : Glénat
Date de parution : 2 janvier 2020
Genre : seinen
Nombre de pages : 162
ISBN : 9782344038178

Un commentaire sur « Le chat aux sept vies, Tome 1 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s