La dernière sorcière – Johan Heliot

Réveillée au beau milieu de la nuit, Anya doit fuir. Fuir pour sauver sa vie. Fuir en laissant derrière elle sa mère, arrêtée par les soldats du Lord de la Nuit, qui fait régner la terreur sur le Möhrland.
Mais Anya n’a pas l’intention de suivre les conseils de sa mère et de l’abandonner à son triste sort. Même si cela signifie se jeter dans la gueule du loup…
Aidée d’Errol, un jeune comédien, et de son rusé corbeau, avec lequel Anya parvient à communiquer, la jeune fille entame une course contre la mort pour arracher sa mère aux griffes du Lord de la Nuit… et pour découvrir, enfin, le secret de ses origines.

Ce petit roman est idéal pour découvrir la littérature imaginaire; pour ceux qui sont adeptes du genre, cette histoire risque de manquer un peu d’originalité. Anya est une demoiselle téméraire à qui sa mère, sorcière, cache beaucoup de choses concernant ses origines. C’est en partant secourir cette dernière, kidnappée par un lord démoniaque, que l’héroïne découvre la vérité. C’est une intrigue très souvent utilisée. Pourtant, l’auteur a su y coupler des détails moins convenus.

J’ai beaucoup aimé le fait que la plupart des personnages secondaires viennent du milieu artistique. Si cet univers peut de temps en temps être évoqué dans des romans fantasy ou historiques, c’est rarement pour en faire émerger des héros. Mais Errol est un jeune homme courageux, fantasque et loyal, et ses compagnons de jeu ne sont pas moins sympathiques. Contrairement à Anya et sa mère, il a une relation compliqué avec son père qu’il juge dur et avare mais celui-ci pourrait bien le surprendre…

« Le portail de l’entrée était barré d’une herse encadrée d’une paire de gardes. Ces derniers portaient le même casque que les cavaliers du Lord qu’ils avaient déjà rencontrés jusque-là. Des murailles de pierre sombre se dressaient assez haut vers un ciel d’une noirceur sans pareille. Les silhouettes élancées de plusieurs donjons se découpaient sur ce fond de ténèbres. »

Le Lord de la Nuit est un ennemi des plus redoutables. Attention : certains courts passages peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs. Le style d’écriture peut paraître très simple mais le fond est parfois moins accessible. C’est loin de m’avoir dérangée mais je pense que cela mérite tout de même d’être souligné. La menace du démon est constante mais les aventuriers sont très réactifs puisque toute cette aventure se déroule en un ou deux jours. L’écriture est rythmée, sans temps mort.

En somme, La dernière sorcière est un roman simple mais solide pour les lecteurs qui ont des envies de magie et d’aventure, à partir de 10 ans.

Note :


Auteur : Johan Heliot
Éditeur : Fleurus
Format : broché
Date de parution : 13 mars 2020
Genre / thématique(s) : fantasy, aventure
Tranche d’âge : à partir de 10 ans
Nombre de pages : 201
ISBN : 9782215164241

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s