Possession – MOKA

En achetant la plus belle maison du quartier, les Vendôme pensaient avoir fait une bonne affaire et s’étaient réjouis d’y emménager avec leurs trois enfants. Une nuit, le pire est arrivé. Leur fille Lucrèce s’est jetée du toit, sous les yeux de Malo son petit frère. Traumatisé, le garçon a passé deux mois en hôpital psychiatrique. Depuis son retour, Malo a l’impression que la maison lui joue des tours et s’en prend à lui. Ses affaires changent de place, les murs de sa chambre font des gargouillis, les poignées de porte disparaissent. Même ses parents deviennent bizarres et vivent de plus en plus confinés. Malo est persuadé que la maison dans laquelle sa famille vient d’emménager est malfaisante. Elle les a pris au piège. Un piège mortel…

Premier point indéniable : la couverture est vraiment chouette ! Elle capte immédiatement l’attention. Ensuite, j’aime ces histoires qui glissent subtilement d’un monde très terre-à-terre à un autre totalement horrifique. C’est dans ce sens que va le nouveau roman de Moka dont j’ai découvert la plume pour la première fois.

Nous n’avons pas d’autre choix que de nous attacher immédiatement à Malo : revenu parmi les siens après un séjour dans un centre médicalisé, on l’imagine en détresse. Cependant, aucun des membres de sa famille ne semble se soucier de lui. Plutôt que de diminuer avec le temps, la distance avec sa soeur et ses parents ne fait que s’accroître, leur comportement devenant des plus étranges. La maison elle-même perd son statut de lieu sécurisant et se transforme en prison d’effroi. Il n’y a rien de sanglant, rien de violent : juste un danger latent, incrusté dans les murs et les esprits de ses habitants… sauf un. L’écriture de Moka fait naître avec brio cette angoisse qui se décuple au fur et à mesure.

« Une, deux, trois. Le dinosaure avait toujours été sur la quatrième étagère qu’il occupait en entier. Eberlué, Malo recompta les étagères. Une, deux, trois.
L’ampoule du plafonnier s’affaiblit et s’éteignit. »

En parallèle, Alice l’ami du petit garçon tente de lui venir en aide par tous les moyens. Cette demoiselle fascinée par l’occulte est rigolote et solaire. Néanmoins, j’ai regretté que cette deuxième partie sur sa soeur et elle prenne autant de place dans l’histoire. J’ai eu le sentiment qu’à un moment, Malo s’était totalement fait piquer la vedette; c’est bien dommage car j’aurais aimé voir ce petit garçon esseulé briller.

Alors que l’autrice avait jusqu’alors pris tout son temps pour installer l’atmosphère délicieusement pesante, il est étonnant d’être face à une fin très si rapide. Le roman s’achève avec un tas de questions restées sans réponse, avec en plus des personnages agissant d’une façon qui m’a parue illogique.

J’aurais sincèrement aimé que ce roman me plaise jusqu’au bout. Il aura néanmoins réussi à me réconcilier avec les récits de maison hantée (qui ont souvent tendance à me faire décrocher).

Note :


Auteur : Moka
Editeur : L’Ecole des Loisirs
Format : grand format broché
Date de parution : le 5 janvier 2022
Genre / thématique(s) : fantastique, horreur
Tranche d’âge : à partir de 11 ans
Nombre de pages : 192
EAN : 9782211317382

Un commentaire sur « Possession – MOKA »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s