Leurs sang coule dans tes veines – Rachel BURGE

Pour savoir qui l’on est, il faut savoir d’où l’on vient

Je n’ai aucun souvenir de ma chute.
Ce que je sais, c’est que depuis je ressens les émotions des gens en les touchant.
Alors je décide de retourner là où l’accident s’est produit : chez ma grand-mère en Norvège. Elle pourra peut-être me dire ce qui m’arrive.
Mais quand je débarque sur l’île de Skejbne où elle habite, elle est introuvable. Un garçon inconnu squatte sa maison. Et des ombres étranges gravitent autour de l’arbre dont je suis tombée…

Ce roman est d’abord celui du dépaysement. Il est plaisant de découvrir les décors scandinaves froids et sauvages où évoluent les personnages. Par dessus tout, j’ai été conquise par la description de la cabane baignée de nostalgie : toute en bois et remplie de vieux objets comme des couvertures tricotées et des récipients en fer blanc. Les dialogues en norvégien sont là aussi pour nous catapulter loin de notre Europe centrale.

L’autrice fait le choix de développer l’action uniquement dans cette petite habitation et son environnement proche. J’aime beaucoup cette idée du huis clos même si elle instaure ici une répétition dans les péripéties. J’ai eu le sentiment d’assister plusieurs fois aux mêmes scènes sans qu’il y ait d’évolution dans l’intrigue. De plus, l’histoire développe trop de sujets différents : quête de soi, fantastique, enquête, romance, etc. En 330 pages, il n’était pas possible que tout soit traité en profondeur; j’aurais préféré que l’intrigue soit simplifiée. L’évocation de la mythologie nordique est ce qui m’avait motivée à commencer cette lecture mais n’ayant que peu de connaissances la concernant, il m’aurait fallu plus d’explications (même simplement un lexique à la fin du livre) car l’histoire va bien au-delà de la mention de Thor ou du Bïfrost.

« Alors que je me tourne vers le couloir, j’aperçois un visage déformé dans le miroir. C’est Stig qui a dû dessiner ces yeux vides et cette bouche grand ouverte dans la condensation. Je m’apprête à commenter son œuvre mais, au moment où je veux l’examiner de nouveau, elle a disparu. Il y a bien un visage monstrueux dans cette glace, mais c’est le mien. »

Martha est une héroïne à laquelle beaucoup d’adolescents peuvent s’identifier : complexée par une partie de son corps, elle se déprécie énormément. Son périple devient une quête identitaire qui va l’emmener au-delà de ce qu’elle imaginait. Son mal-être est touchant. J’ai eu plus de mal à apprécier Stig : je l’ai trouvé creux et il n’apporte rien de spécial à l’histoire (sauf cette fameuse romance très mal amenée…).

Bien que ce livre fasse partie d’une duologie, ce premier tome se suffit à lui-même. Je m’en conterai car j’attendais plus de profondeur dans cette fiction au thème accrocheur. Néanmoins, je ne doute pas qu’il trouvera sa place dans la bibliothèque de lecteurs adolescents. Attention toutefois aux quelques scènes sanglantes.

Note :


Auteur : Rachel Burge
Editeur : Casterman
Format : broché
Date de parution : 5 janvier 2022
Genre / thématique(s) : fantastique, mythologie nordique
Tranche d’âge : à partir de 14 ans
Nombre de pages : 330
EAN : 9782203224247

Un commentaire sur « Leurs sang coule dans tes veines – Rachel BURGE »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s