Les sœurs hiver – Jolan Bertrand

Il y a très longtemps, il y avait deux hivers : la Grande, avec ses froids polaires et ses blizzards, et la Petite, avec ses glissades joyeuses et ses batailles de boules de neige. Mais depuis que la Petite a disparu, tout est détraqué au village de Brume ! Les adultes sont inquiets, plus personne ne rit aux bonnes farces d’Alfred et, surtout, les trolls passent leur temps à voler des objets, qu’ils emportent à tout jamais dans la taïga. Lorsque l’oncle d’Alfred se porte volontaire pour rapporter les objets volés et qu’il disparait sous ses yeux, avalé par la tempête, c’en est trop : il faut partir à sa recherche, coûte que coûte, braver les dangers de la forêt boréale, et affronter la Grande Hiver…

Encore un titre qui met tout le monde d’accord en matière de couverture : elle nous plonge instantanément dans l’ambiance à la fois froide et mystique qui nous vient en tête quand on pense à la mythologie nordique. Ce n’est pas très visible sur la photo mais tous les traits argentés sont en surbrillance et illuminent le livre de reflets quand on le fait bouger.

Les illustrations à l’intérieur du roman ne sont pas en reste. En plus de leur grande beauté, j’ai apprécié qu’elles n’aient pas un format unique : personnage en bord de texte, page simple ou double, frise… Leur format n’est pas figé.

Passons au texte. Alfred est un jeune héros auquel il est facile de s’identifier : c’est un jeune insouciant qui ne cherche qu’à s’amuser (au risque de fâcher les adultes). Pourtant, lorsque son oncle se lance seul dans une mission périlleuse, il n’hésite pas un instant avant de le poursuivre, au mépris du danger. Il ne sait pas où aller, il ignore ce qui l’attend, mais il poursuit son chemin sans hésiter. C’est un personnage faillible et attachant.

« Frid se penche. Ses longs cheveux blonds glissent autour de leurs deux visages comme un rideau. Un rideau derrière lequel il n’y a que Frid et Alfred, et personne d’autre. Leur nez se touchent presque lorsque Frid chuchote :
– S’il part seul, personne ne le reverra jamais. »

Cette histoire rassemble des thèmes comme la magie, les croyances, la famille mais aussi, pour notre plus grande surprise, la transidentité. Même si le sujet est anecdotique au sein de ce récit, c’est osé de l’avoir introduit dans cet univers imaginaire où il s’intègre finalement très bien. En lisant la biographie de l’auteur, on comprend que c’est un sujet qui le touche particulièrement.

Dans ce véritable voyage initiatique, Alfred fait de multiples rencontres qui s’enchaînent sans temps mort. Certains interlocuteurs sont impressionnants, d’autres étranges et drôles, certains marchent sur leurs pieds, d’autres sur quatre pattes… On ne sait jamais à l’avance la suite des aventures du garçon. Cet univers féérique et poétique nous transporte du début jusqu’à la fin grâce à une écriture appliquée, sans fausse note.

Même si la mythologie nordique à le vent en poupe dans les œuvres littéraires et télévisuelles actuelles, je la trouve encore peu représentée dans les fictions pour enfants. Jolan Bertrand nous en offre un très bel exemple aussi beau à regarder que passionnant à lire.

Note :

04

Auteur : Jolan Bertrand
Illustrateur : Tristan Gion
Editeur : L’école des loisirs
Format : grand format broché
Date de parution : le 16 février 2022
Genre / thématique(s) : aventure, magie, Histoire, mythologie
Tranche d’âge : à partir de 9 ans
Nombre de pages : 230
EAN : 9782211314145

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s