Love suprême – Fred Dupouy

À quelques jours du bac de français, Eric ne parle plus que… anglais ! Un jeune homme à la recherche de ses origines.
Un matin, sous la douche, Éric s’aperçoit qu’il parle couramment anglais avec un accent impeccable. Le rêve absolu ! Toutes les chansons qu’il aime lui tombent directement dans l’oreille. Contrepartie problématique : il ne sait plus un mot de sa langue maternelle. L’oral du bac de français a lieu dans 4 jours, Éric en a des sueurs froides. Son seul horizon : le séjour en Angleterre qu’il a prévu cet été. Il ne sait pas qu’un secret l’attend là-bas. Et peut-être bien plus que ça.

J’ai été intriguée par le résumé qui était annonciateur d’originalité et d’humour.

Eric est un adolescent plutôt lambda : une bande de potes, une fille dans le collimateur et une passion dévorante : la musique. Il a une relation cordiale avec ses parents adoptifs et sa sœur et ne fait pas de vague au lycée. Bref, une vie simple et tranquille.
J’étais curieuse de savoir si le trouble linguistique dont il est subitement atteint était dû à un élément fantastique, un phénomène psychologique ou autre chose. Autant vous l’avouer de suite : on ne le saura jamais. Il arrive sans explication et repart de même. Quelle déception ! De manière générale, ce roman survole beaucoup de choses et ne les travaille jamais en profondeur.

La première partie de l’histoire est consacrée à la préparation du bac. Comment envisager une épreuve orale de français quand on ne comprend plus rien à sa langue maternelle ? La solution qu’Eric va trouver m’a paru trop facile et pas vraiment crédible. Si cet épisode parlera incontestablement aux lecteurs adolescents, il n’a en fin de compte aucun intérêt dans la résolution de l’intrigue.

La façon dont Eric parvient à cacher son problème a sa famille est plausible; j’y ai beaucoup moins cru avec ses amis qui utilisent un langage très familier. Aussi saugrenu que cela puisse paraître, le jeune anglophone parvient à entretenir un dialogue avec eux dans les grandes lignes. Ca ne m’a pas paru crédible non plus.

« Le vibreur de son portable annonçant l’arrivée d’un nouveau message le tire de sa torpeur : kestufou tu repon plu o tel ? tarive a bosé ? moi sa me soul jiré bien a la plage. Jibé a désactivé le correcteur d’orthographe et la saisie intuitive de son téléphone, il prétend que ça ralentit l’écriture. […] Avec l’aide d’un traducteur en ligne, [Eric] répond que son boulot avance bien et qu’il est à jour dans son programme. »

Par la suite, il y a voyage à l’étranger, il y a romance, il y a enquête identitaire… Trop de chose qui, encore une fois, vont trop vite et ne permettent pas au lecteur de ressentir une quelconque émotion. A noter : l’intervention récurrente du narrateur qui s’adresse au lecteur pour apporter des précisions sur le récit et faire parfois de vaines tentatives d’humour.

J’ai cru que parmi les personnages secondaires certains créeraient la surprise et finiraient par avoir un rôle inattendu; ce n’est pas le cas non plus. Plusieurs ne m’ont pas paru d’un grand intérêt, si ce n’est dépeindre de gros clichés sur les adolescents à la fin de l’histoire.

La seule chose qui sauve le récit à mes yeux, c’est l’importance de la musique dans la vie d’Eric. Il nous transporte dans sa passion et ses rêves pour nous offrir des moments de lecture apaisants. Mais en fin de compte, cela reste insuffisant pour combler le manque de profondeur de cette histoire.

Note :


Auteur : Fred Dupouy
Editeur : Syros
Format : grand format broché
Date de parution : 5 mai 2022
Genre / thématique(s) : vie quotidienne, adolescence
Nombre de pages : 336
Tranche d’âge : à partir de 15 ans
EAN : 9782748530773

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s