Les carnets de l’apothicaire, Tome 1 à 3

À 17 ans, Mao Mao a une vie compliquée. Formée dès son jeune âge par un apothicaire du quartier des plaisirs, elle se retrouve enlevée et vendue comme servante dans le quartier des femmes du palais impérial ! Entouré de hauts murs, il est coupé du monde extérieur. Afin de survivre dans cette prison de luxe grouillant de complots et de basses manœuvres, la jeune fille tente de cacher ses connaissances pour se fondre dans la masse.

Mais, quand les morts suspectes de princes nouveau-nés mettent la cour en émoi, sa passion pour les poisons prend le dessus. Elle observe, enquête… et trouve la solution ! En voulant bien faire, la voilà repérée… Jinshi, haut fonctionnaire aussi beau que calculateur, devine son talent et la promeut goûteuse personnelle d’une des favorites de l’empereur. Au beau milieu de ce nid de serpents, le moindre faux pas peut lui être fatal !

Attirée par la hype autour de cette série ainsi que par les conseils avisés d’un collègue qui partage mes goûts en matière de mangas, je me suis lancée dans cette lecture.

J’ai été de suite éblouie par les décors historiques et la puissance qui s’en dégage. Les scènes se déroulent dans un palais somptueux, fait de grandes pièces et de jardins sans défauts, les personnages de haut rang portent de sublimes tenues dont on pourrait presque palper la matière tant le soin est apporté aux détails des drapés.

A côté de cela, il y a Mao Mao. Cette héroïne semble au départ toute petite et fragile face aux membres de la cour de l’empereur, mais il n’en est rien. Doté d’un grand esprit logique et de connaissances certaines en botanique, elle déjoue tous les pièges pour faire naître la vérité derrière les complots. Ces trois premiers tomes sont une succession d’enquêtes menées par la jeune fille. A l’instar d’un bon polar, c’est prenant, captivant et la chute est souvent imprévisible. Ajoutez à cela les intrigues de cour où tout n’est que sourires de façade et vous obtenez un manga impossible à lâcher.

Bien qu’il m’ait fallu parfois relire certains passages car les personnages sont nombreux et leur place dans l’intrigue différente, je me suis laissée porter par cette atmosphère hostile où le savoir est la clef pour survivre. Mais qui dit époque historique dit aussi misogynie et soumission des femmes. J’aime que Mao Mao cherche à se faire une place dans cette société où l’infériorité féminine ne se discutait pas. Quant à Jinshi, le fonctionnaire déstabilisant, je suis très curieuse de découvrir ses véritables intentions.

Note :


Texte : Itsuki Nanao
Dessin : Nekokurage
Editeur : Ki-oon
Date de parution : 21/12/2021 (série en cours)
Genre : seinen
Nombre de pages : 167 par tome
EAN : 9791032707784 (tome 1)

Publicité

4 commentaires sur « Les carnets de l’apothicaire, Tome 1 à 3 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s