Frankly in love – David YOON

Frank Li se décrit comme un Limbo, un adolescent tiraillé entre son héritage coréen et son éducation à l’américaine. En ce qui concerne sa vie amoureuse, ses parents n’ont qu’une règle : sa petite amie sera coréenne.
Quand Frank s’entiche de Brit, intelligente, merveilleuse… et blanche, les problèmes s’annoncent. Pour y échapper, ilo décide de feindre une relation avec Joy, une autre Limbo, qui rêve aussi de liberté.
Le plan est parfait, mais on ne joue pas aussi facilement avec l’amour….

J’ai choisi d’entamer ce roman après la lecture du quatrième de couverture. Il laissait présager une romance légère et sympathique. Après réflexion, le contrat ne me semble pas rempli.

L’auteur a fait le choix facile mais judicieux de faire de Frank le narrateur interne. En tant qu’adolescent à l’approche de l’âge adulte, la vie de ce héros n’est pas de tout repos : les études, les amis, les filles, la famille… Tout bouillonne dans son esprit ! J’ai eu beaucoup de mal à apprécier ce style d’écriture où les pensées du jeune homme semblent avoir été jetées sur le papier sans être retravaillées. Frankly raconte une anecdote qui lui fait penser à autre chose puis autre chose et ainsi de suite. On part dans des digressions souvent incompréhensibles, avec des métaphores étranges dans un langage très familier. Les phrases sont souvent courtes et donnent un sentiment d’hyperactivité chez le protagoniste; ça peut être une piste intéressante pour travailler la psychologie du héros mais c’est, selon moi, assez compliqué à suivre avec un narrateur interne.

Ensuite, l’intégration d’un événement central dramatique ne fonctionne pas. Je vais essayer d’en parler sans spoiler. Quelque chose de grave se produit à peu près à la moitié de l’histoire. Ce fait est malheureusement mal exploité, peu crédible et est finalement relayé au rang d’anecdote malgré sa gravité. A la lecture des remerciements à la fin du livre, on peut comprendre l’envie de l’auteur d’intégrer cet événement à son roman mais il aurait fallu soit approfondir et donner du sens, soit exploiter cette idée dans un autre ouvrage.

« Mon estomac fait une petite vague. Mes oreilles chauffent. La gravité s’allège suffisamment pour ramollir tous les joints, clous et vis qui retiennent le monde, lequel se met à tomber lentement en morceaux dans un espace immense et doux éclairé uniquement par le rectangle blanc qui luit sous mes pouces. Mon amoureuse m’envoie des SMS ! »

Après cette salve de critiques négatives mais que j’avais envie d’aborder, je me dois de m’arrêter sur les points positifs de ce roman. J’aime énormément le personnage de Joy et l’évolution de sa relation avec notre héros. Au milieu de plusieurs personnages assez ternes, je trouve qu’elle est le plus travaillé et le plus ambigu; bref, celui qu’on a envie de découvrir. Dans le fouillis de narration mentionné au début, la progression de sa complicité avec Frankly est l’un des seuls éléments que l’on voit changer petit à petit et sur lequel on a envie de se focaliser.

Enfin, l’un des éléments que j’ai trouvé le plus intéressant dans cette histoire est la pression familiale par le biais de la tradition. La « non » relation que Frank a avec ses parents est très oppressante pour le lecteur comme pour lui. Monsieur et Madame Li ont instauré une règle majeure à laquelle il est impossible de déroger sous peine d’être exclu comme leur fille aînée : il faut perpétrer les traditions coréennes. Il faut se marier entre Coréens, il faut avoir un maximum de Coréens dans son cercle d’amis, etc. Ce racisme est vraiment tenace et insoutenable. Le positionnement des parents engendre des tonnes de questions chez leur fils mais elles ne sont pas les bienvenues. J’ai trouvé ce malaise très bien retranscrit et les valeurs des parents Li intéressantes à connaître.

Malheureusement, j’ai la sensation d’avoir été trompée par le résumé de ce roman qui promettait une romance simple et efficace. Ce roman n’est parvenu ni à me divertir ni à m’émouvoir et l’écriture de David Yoon m’a laissée perplexe. Il n’était définitivement pas pour moi.

Note :


Auteur : David Yoon
Éditeur : Albin Michel
Format : broché
Date de parution : 26 février 2020
Genre / thématique(s) : romance, adolescence
Tranche d’âge : à partir de 13 ans
Nombre de pages : 503
ISBN : 9782226438973

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s