Speak

speak1

resume

« J’aimerais faire un vœu mais je ne sais pas lequel… J’essaie de ravaler la boule que j’ai dans la gorge. Je pourrais leur raconter ce qui est arrivé. Comment réagiraient-ils ?  » Melinda a 15 ans. Ce soir d’été, au beau milieu d’une fête, la jeune fille est victime d’un drame. Elle appelle la police. Personne ne saura jamais pourquoi elle a lancé cet appel, ni ce qu’il lui est arrivé cette nuit-là. Tout simplement parce que Melinda, murée dans son silence, ne parvient pas l’exprimer…

avis

Ce roman graphique est l’adaptation d’un roman de Laurie Halse Anderson; une version cinématographique a également vu le jour (avec Kristen Stewart dans le rôle principal).

On est très rapidement immergé dans le quotidien oppressant de Melinda. Les profs n’arrivent pas à l’intéresser à leurs cours, elle est loin des préoccupations des autres lycéens; de toute manière, plus personne ne lui parle depuis qu’elle a téléphoné à la police durant une fête… On sent que les journées de Mélinda sont extrêmement longues et cauchemardesques. Chaque nouvelle heure, chaque croisement de regard est une épreuve, et on le ressent tellement à travers les dessins, la construction des planches.

J’ignore ce qu’on ressent après avoir subit une agression, mais je me souviens avoir vécu durant mon adolescence des moments où j’avais l’impression de vivre dans une bulle, à l’écart des autres; cette BD et la grande justesse de son écriture et de son scénario m’ont fait éprouver à nouveau ces sentiments à l’égard de l’héroïne de façon décuplée. Personne de cherche à comprendre ce qui lui arrive : les élèves du lycée la rejettent, les adultes mettent ça sur le compte de la crise d’adolescence… Son entourage est malsain et cruel.

exe_Speak_VF_02.indd

A qui se confier quand on est convaincu que personne ne peut comprendre, que personne n’a vécu la même chose que soi ? Melinda est plongée dans le mutisme et sa descente aux enfers ne fait que s’accentuer. Elle attend simplement que les jours passent en espérant que le traumatisme s’efface. Malheureusement, c’est loin d’être aussi facile…

Cette histoire m’a énormément touchée. J’ignore si l’auteure du roman initiale a vécu quelque chose de similaire mais le tout est criant de vérité. Malgré l’absence de couleurs, ce roman graphique présentent différentes ambiances : des moments de calme, des moments de tension… Les dessins rendent le récit encore plus vivant et concret. Cela décuple les émotions et il est impossible de sortir indemne de cette lecture qui, malgré les questions délicates qu’elle soulève, se termine tout de même sur une belle note positive.

Note :

04


fiche1

D’après le roman de : Laurie Halse Anderson
Adaptation / Dessin : Emily Carroll
Éditeur : Rue de Sèvres
Date de parution : 9 janvier 2019
Genre : roman graphique
Nombre de pages : 376
ISBN : 9782369819974

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s