La voie des oracles, Tome 1 – Estelle FAYE

Thya est la fille de Gnaeus Sertor, général romain et héros de l’Empire. Mais Thya est aussi une Oracle, peut-être la dernière élue capable de démêler les fils de l’avenir. Elle est donc contrainte de se cacher en Gaule, au fin fond de la forêt d’Aquitania car, à Rome, comme partout ailleurs dans l’Empire, les chrétiens règnent en maîtres et font impitoyablement la chasse aux adorateurs des dieux anciens. Mais lorsque son père est laissé pour mort par des Pictes, Thya n’a plus d’autre solution que de fuir vers le nord pour suivre une étrange vision dans laquelle son père est toujours en vie.

Le résumé de ce premier tome ainsi que sa couverture ont su me séduire à l’occasion du salon de Saint-Maur en poche 2018. Pour la petite anecdote, j’étais en train d’observer les ouvrages d’un autre auteur; celui-ci étant temporairement absent, c’est Estelle Faye, installée juste à côté, qui en a gentiment fait l’éloge. Finalement et pour mon plus grand plaisir, c’est avec l’un de ses romans à elle que je suis repartie.

J’aime beaucoup quand les romans mêlent fiction et réalité. Ici, on doit être en fin de période gallo-romaine. La conquête de la Gaule est terminée depuis un moment mais les Romains peinent à imposer définitivement la religion chrétienne. C’est dans ce contexte historique et religieux avéré que l’auteur installe subtilement des notes de magie par le biais d’êtres surnaturels et de phénomènes inexpliqués.

« Le Faune avait beau vivre d’ordinaire loin des hommes, il avait entendu assez d’histoires sur leur compte, pour soupçonner comment les choses se déroulaient ici. Il se morigéna intérieurement. L’Oracle. Il devait retrouver l’Oracle. »

Je pense que ce sont notamment ses connaissances historiques qui ont permis à l’auteure d’être aussi à l’aise dans l’exercice d’écriture. Tout est fluide, maîtrisé (le vocabulaire historique est récurrent) en même temps facile à lire. Tout l’univers fascinant dans lequel nous sommes embarqués permet d’oublier un temps le rythme un peu lent. Malgré ces temps troublés, je trouve qu’il manque de l’action et de la tension. On est pour le moment d’avantage centré sur les visions, la définition des prophéties et le voyage initiatique.

Néanmoins, on s’attache vite aux personnages. Thya est à la fois déterminée à accomplir sa quête et en même temps inconsciente des dangers qui la menacent, elle qui a vécu toute sa vie dans une villa reculée. Heureusement, elle va être accompagnée par plusieurs personnages secondaires. Parmi eux, il y a Enoch : c’est, à mes yeux, le personnage le plus complexe et le plus original de ce début de saga. J’ai hâte de le retrouver dans la suite (qui justement porte son nom).

« Elle pleure pour moi dans ses rêves… »

Je suis très contente et fière d’avoir eu la curiosité de m’intéresser à cette trilogie. Ce premier volume fut très prometteur et sa fin nous laisse avec des tonnes de questionnements qu’il nous tarde d’assouvir. Le périple de Thya est loin d’être terminé…

 

Note :


Auteur : Estelle Faye
Éditeur : Folio (collection SF)
Date de parution : 3 janvier 2017
Format : poche
Genre / thématique(s) : historique, fantasy
Nombre de pages : 368
ISBN : 9782070773558

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s