Ceux qui ne peuvent pas mourir, Tome 1 – Karine MARTINS

1887. Gabriel Voltz n’est pas un enquêteur ordinaire. Sa spécialité : la chasse aux Égarés, ces créatures hérétiques qui se cachent sous nue apparence humaine. Lycans, cocatrix, volkolaks, loups-garous… Aucun de ces monstres n’a jamais résisté à la force surnaturelle de Voltz. Mais depuis qu’il a pris Rose sous son aile, une orpheline tout aussi insupportablement têtue et fouineuse qu’attachante, il s’expose au courroux de son puissant employeur, l’Ordre de la Sainte-Vehme. Quand la confrérie l’envoie dans le Finistère pour élucider une mystérieuse affaire de meurtres, Voltz n’a d’autre choix que d’emmener l’adolescente avec lui. L’enquête s’annonce plus périlleuse que prévu, lorsque toutes les pistes convergent vers le sinistre domaine de Porte-Vent…

Ce livre fait partie de ceux où l’action démarre dès les premières lignes; le lecteur découvrira les personnages au cours des péripéties. C’est toujours déstabilisant mais il ne faut pas s’arrêter à cela; j’ai souvent eu de belles surprises dans d’autres romans commençant ainsi.

Après quelques chapitres, je n’ai pas pu m’empêcher de comparer ce livre à Jackaby de William Ritter. Dans les deux cas, il s’agit d’une enquête se déroulant à la fin du XIXe, avec un enquêteur atypique accompagné d’une adolescente. Dans le cas de Jackaby, j’avais regretté de ne pas avoir su m’attacher aux personnages; ici, c’est tout le contraire. J’ai rapidement eu un gros coup de cœur pour Voltz (je saurai dorénavant quoi répondre quand on me demandera de citer un book boyfriend !), pour Rose et pour également plusieurs des personnages secondaires. Les meilleurs passages de l’histoire sont incontestablement ceux où ces héros interagissement entre eux : ils se disputent, se chamaillent, se charrient… Mais c’est pour mieux dissimuler combien ils tiennent les uns aux autres. Les dialogues sont primordiaux et contribuent au dynamisme et à l’humour du livre.

« Je n’aime pas quand vous vous mettez en colère, lâcha-t-elle. Ça vous rend complètement idiot.
     Gabriel haussa les sourcils.
– Si seulement ce n’était dû qu’à la colère, commenta Grégoire depuis la porte. »

L’enquête est passionnante. Il n’y a aucun temps mort, le danger est réel et surtout, je n’ai pas deviner l’identité du meurtrier avant la fin. En fait, les mystères qui entourent l’histoire personnelle des personnages détournent progressivement notre intérêt pour l’enquête initiale. Les tonnes de phénomènes inexpliqués les entourant nous obnubilent. Sans compter que les terribles membres de la Sainte-Vehme sont sur les traces de Voltz…

Ce livre m’a tenue en haleine de la première à la dernière page. Je suis très rarement euphorique durant mes lectures mais celle-ci a brillamment réussi à me mettre dans tous mes états ! Il me tarde tellement de retrouver Gabriel et Rose dans le tome 2; l’attente va être atroce !

Note :


Auteur : Karine Martins
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Format : broché
Date de parution : 12 septembre 2019
Genre / thématique(s) : policier, fantastique, historique
Tranche d’âge : à partir de 12 ans
Nombre de pages : 318
ISBN : 9782075124133

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s