Lady Elliot Island – Christophe GUILLERMOT

Jeune influenceuse, Clara reçoit pour son anniversaire 6 billets d’avion. Destination : Lady Elliot Island, une île paradisiaque au large de l’Australie parsemée de terres aborigènes inviolables. C’est un Eden ceinturé par la barrière de corail, où pullulent tortues, raies et requins. Elle invite ses meilleurs amis et, pour corser leurs vacances, deux inconnus… Mais des incidents se multiplient. Sa vision défaille. Ce petit paradis lui réserve-t-il l’enfer ?

Si vous avez besoin des envies d’ailleurs, de soleil et de sable fin, ce livre devrait vous intéresser. Je l’ignorais mais l’île Lady Elliot existe réellement. C’est une toute petite péninsule à l’Est de l’Australie, propice à la plongée sous-marine. Les héros de ce roman nous embarquent véritablement avec eux; les descriptions du décor donnent d’énormes envies de baignades et bronzage sur pilotis. Hélas, c’est la seule chose que j’ai apprécié dans ce roman qui a au moins l’avantage de se lire vite.

L’auteur a pris le parti de mettre en scène des adolescents/jeunes adultes très superficiels, influencés par l’argent, le prestige, l’apparence, les substances illicites et surtout la popularité sur les réseaux sociaux. L’héroïne, Clara, raffole des cadeaux hors de prix de son père. Elle voit ce voyage à l’autre bout du monde comme l’opportunité de se mettre en avant auprès de ses « amies » et sur Instagram. Choisir des antihéros en guise de personnages ne me pose aucun problème. Là où j’en ai eu, c’est quand j’ai senti que cette décision n’était pas assumée puisque ces adolescents s’assagissent très rapidement dans le récit. Clara qui, au départ, était déterminée à mettre de la distance entre elle et les participants moins riches se révèle finalement bienveillante, et la coupure de réseau qui a lieu juste après leur arrivée sur l’île ne la dérange pas plus que cela. Pour moi, ça n’a pas de sens…

« Nous décidons de profiter de l’île en partant à sa découverte. J’espère ne pas trop perdre d’abonnés à cause de cette absence de réseau. Nous continuons les photographies de vêtements ainsi que de produits de beauté sur la plage, devant des palmiers qui dessinent des virgules sur le sable et sur les pontons qui surplombent l’eau turquoise. Je constitue une photothèque que je compte révéler à mes followers dès mon retour sur le continent australien. »

L’intrigue installe deux directives majeures : 1) Clara a d’étranges problèmes de vue / 2) Quelqu’un ou quelque chose sur l’île semble en avoir après elle. Pareil, au départ, ça se tient bien. Cependant, on nous impose aussi par la suite une romance et un voyage initiatique, presque onirique. Il est impossible de répondre clairement à toutes ces problématiques en seulement 200 pages… Et à quel genre rattacher ce roman : policier, parcours de vie, récit fantastique ? Beaucoup de péripéties sont surfaites, le suspense tombe à plat et l’auteur choisit souvent la facilité (en particulier pour la fin). On sent pourtant que l’auteur avait à cœur de défendre des valeurs telles que la protection de la nature et la nécessité de profiter des petits bonheurs de la vie, mais dans un ouvrage aussi court ce n’est qu’anecdotique.

Vous aurez compris mon avis général : je n’ai pas aimé ce roman. S’il est indéniable que Christophe Guillaumot est un amoureux des paysages insulaires, Lady Elliot Island aurait mérité d’être étoffé avec une intrigue plus simple et des personnages plus profonds.

Note :


Auteur : Christophe Guillermot
Éditeur : Rageot
Date de parution : 18 mars 2020
Format : broché
Genre / thématique(s) : enquête, voyage iniatique
Tranche d’âge : à partir de 14 ans
Nombre de pages : 208
ISBN : 9782700263558

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s