Un peu plus près des étoiles – Rachel CORENBLIT

La fille qui se trouvait en face de moi n’avait plus de visage.
Mon père m’avait prévenu : « Si tu rencontres les patients, tu ne fais pas de commentaires. Tu risques d’être surpris, mais surtout ne montre rien à ces pauvres gens. Ils ont déjà tellement souffert. Tu vas en croiser pas mal, ici, des abîmés et il y a même un secteur pour les enfants et les ados ».
– Hé, cache ta joie, Machin. C’est super romantique comme rencontre. Manque plus que les violons, non ?

Un ado solitaire. Sept gueules cassées. Une histoire d’amitié étourdissante, loin des apparences.

J’ai lu ce roman dans le cadre du Prix « À lire et à liker » organisé par Charlotte de la librairie Mémoire 7. Je suis ravie d’avoir eu l’opportunité de le découvrir par ce biais; sans ça, je serais passé à côté d’une très jolie histoire.

Le narrateur interne nous présente les faits à travers les yeux de Rémi, un adolescent solitaire trimbalé à travers tout le pays par son père, médecin remplaçant. Leur dernière escale les a poussés dans un hôpital spécialisé où le jeune homme va faire la connaissance d’adolescents au visage déformé.

Rémi est un héros très touchant. C’est un adolescent comme un autre, plein de doutes et de questionnements. Malheureusement, il est privé d’un cadre solide pour le réconforter. Son seul refuge est l’écoute des cassettes audio de sa mère dans son vieux Walkman. Ceci explique pourquoi les chapitres portent chacun le titre d’une chanson des années 80 (attendez-vous à les garder dans la tête).

« – Tu es aussi bien placée que moi pour savoir qu’on ne juge pas sur les apparences, mademoiselle Wolkowit.
– Tu es aussi bien placé que moi pour savoir qu’on passe son temps à juger sur les apparences, monsieur Delgado. »

La rencontre entre Rémi et Sara, la meneuse du groupe d’adolescents balafrés est franche et sans magie. Rémi trouve Sara hideuse; Sara reproche à Rémi son côté prétentieux. Ces jeunes gens n’y peuvent rien, on ne fie qu’aux apparences lors d’un premier contact. J’ai vraiment aimé ce côté sincère et lucide transmis à travers les pensées de Rémi.

Sara et son tempérament de feu ne passent pas inaperçus. Les autres personnages secondaires sont plus discrets mais tous aussi attachants. Les raisons de leurs difformités sont évoquées brièvement et on passe vite à autre chose. Je pense que le but de ce roman est surtout de mettre en lumière la nécessité de faire abstraction des préjugés. Malgré leur vécu, Sara, Adonis, Zoé et les autres sont comme tout le monde : ils jouent, ils pleurent, ils rient; et malgré sa peau lisse, Rémi a un profond mal-être. Les moments qu’ils passent tous ensemble sont passionnants; on adorerait faire partie de la bande. Il y a des événements plus difficiles à vivre mais en restant soudés, Rémi et ses camarades sont capables de déplacer des montagnes !

Ce livre est un petit bijou. Ses 250 pages se lisent extrêmement vite, comme une jolie parenthèse dans notre quotidien troublé. C’est une belle histoire qui apprend à relativiser et à s’ouvrir aux autres.

Note :


Auteur : Rachel Corenblit
Éditeur : Bayard
Date de parution : 18 septembre 2019
Format : broché
Genre / thématique(s) : vie quotidienne, rencontres
Nombre de pages : 256
Tranche d’âge : à partir de 14 ans
ISBN : 9791036305719

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s