La légende des quatre, Tome 4 (final) – Cassandra O’DONNELL

C’est l’heure de l’affrontement final. Au cœur des cités dévastées, l’ordre est donné de traquer les derniers humains. Mais au milieu des ruines encore fumantes, plusieurs voix s’élèvent dans un but commun : désobéir. En trahissant la parole donnée au Conseil, Maya, Bregan, Nel et Wan deviennent les ennemis de leur communauté. Désormais, ils ne peuvent plus compter que sur eux-mêmes.

Depuis ses débuts, je n’ai fait qu’encenser cette série : ses personnages forts, son univers riche et ses rebondissements à foison m’ont totalement conquise. J’attendais cette fin avec grande impatience mais hélas, la déception fut immense. Ayant eu pour preuve que Cassandra O’Donnell sait écrire de fabuleuses aventures, je risque d’être un peu virulente dans mes propos.

Les tomes mettent chacun à leur tour en lumière l’un des clans de Yokaïs. Ici, c’était le tour des Rapais d’avoir le beau rôle. C’est un clan qui semble sans faille, représenté par la jeune Nel qui avait toujours été discrète jusque là. Cependant, aucun secret du clan ne sera dévoilé, pas plus que les faiblesses de leur princesse. Le tome précédent se terminait sur un phénomène qui risquait de poser des soucis aux héros par la suite mais le problème est simplement éradiqué dans les trente premières pages du livre.

« Cela faisait trop longtemps, trop longtemps que son peuple souffrait de la cruauté et des humeurs de la reine, trop longtemps qu’il vivait dans la terreur, trop longtemps qu’elle laissait faire en silence et qu’elle abandonnait les siens au lieu de les protéger. »

Alors que se passe-t-il dans cette ultime partie ? Malheureusement, rien de palpitant. Ce n’est que le récit de l’errance de différents groupes qui ne sont même pas menés par les héros mais par des personnages secondaires tellement nombreux qu’on finit par les confondre (voir la liste géante en annexe qui récapitule qui est qui). Les héros sont complètement absents. Pourtant le titre ne les dénomme-t-il pas comme les Quatre ? La légende ? Il n’y a aucun acte héroïque dans ces pages qui mérite qu’on s’y attarde. Il y a principalement des dialogues entre des personnages très jeunes : leur contenu est donc très puéril et ne fait en rien avancer l’histoire; au contraire, cela donne des longueurs. J’y ai cru jusqu’à la dernière page mais la magie n’a jamais opéré.

J’espérais un feu d’artifice, j’espérais une apothéose qui élèverait Bregan, Nel, Wan et Maya au rang de dieux vivants… Je n’ai pas les mots pour dire combien je suis triste que cette lecture me laisse un goût si amer. J’ai bien essayé de prendre du recul et de comprendre pourquoi l’autrice avait choisi une fin à l’ambiance si différente du reste de sa saga, mais encore une fois je suis restée perplexe.

Note :


Auteur : Cassandra O’Donnell
Editeur : Flammarion
Format : broché
Date de parution : 2 décembre 2020
Genre/thématique(s) : aventure, fantastique
Nombre de pages : 430
ISBN : 9782081449121

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s