N.E.O., Tome 1 – Michel BUSSI

Dans un monde où les adultes ont disparu, il existe deux refuges pour les deux bandes rivales qui ont survécu au cataclysme : le tipi et le château. Les uns chassent pour se nourrir, les autres vivent reclus et protégés. Bientôt, une étrange maladie fait peser un risque de famine sur le clan du tipi, le privant de ses proies. Et si ceux du château étaient à l’origine de cet empoisonnement ? L’heure de la confrontation est venue : la guerre entre les deux tribus peut-elle encore être évitée, alors que la nature est plus menacée que jamais ? Zyzo, l’espion au grand cœur du tipi, et Alixe, la reine du château, sauront-ils unir leurs forces pour déjouer les mystères, les intrigues et les trahisons ?

La libraire jeunesse que je suis était très intriguée par ce titre. Même si je n’aime pas l’idée d’enfermer les auteurs dans un seul genre littéraire, je pense que tous ne peuvent pas non plus prétendre savoir écrire pour le jeune public (phénomène récurent ces dernières années qui ne donne pas toujours naissance à des œuvres de qualité). Je n’ai jamais lu de romans de Michel Bussi auparavant; je n’ai donc pas fait de comparatif. J’ai jugé, et surtout apprécié, cette lecture en toute impartialité.

L’auteur s’attaque à une thématique où la concurrence fait rage : le survivalisme. Deux bandes d’adolescents, tous du même âge, sont livrées à eux-mêmes pour vivre et se nourrir. Là où se trouve l’originalité de l’histoire, c’est le lieu où elle se déroule : Paris, dans un monde futuriste où la faune et la flore auraient repris possession des lieux. Je trouve ce choix brillant notamment pour mettre en lumière la nationalité de l’auteur dans une littérature adolescente où l’international prend énormément de place. Il n’est pas utile de connaître la capitale sur le bout des doigts pour apprécier les descriptions car la plupart des actions se passent autour de la tour Eiffel (monument mythique) et du château du Louvre sublimement illustré sur l’entièreté de la couverture (le quatrième y compris).

« On ne pourra pas éviter la guerre, Zyzo… Deux tribus sur un même territoire, c’est une de trop. Nous grandissons. Tôt ou tard, nous devrons nous affronter… Ne serait-ce que pour mesurer nos forces. »

Si ces fameuses descriptions sont nombreuses mais nécessaires dans les premières parties du livre, j’ai trouvé que parfois l’auteur prenait trop le lecteur par la main. Par exemple, il vient un moment dans le roman où des personnages cherchent un lieu avec une croix verte. Je vous passe les détails de cette quête mais il est écrit au final que l’endroit ils trouvent ce fameux symbole est placardé le mot « P.H.A.R.M.AC.I.E ». Ce genre d’évidences est récurent mais pardonnable compte tenu du fait que l’écriture est tout de même rythmée et très accrocheuse. On passe aisément d’un groupe de personnages à un autre; leurs différentes aventures sont toutes aussi passionnantes et soulèvent de nombreux mystères (qui, autant vous le dire, ne seront pas tous résolus dans ce premier opus). Je pense avoir également déceler une portée écologique, et musée du Louvre oblige, il y a plein de références culturelles (notamment et pour mon plus grand bonheur autour de la guerre de Troie).

« Tu verras, c’est beau, une guerre. »

Les personnages sont extrêmement nombreux et bien qu’un grand nombre de prénoms soit mentionné, on parvient facilement à deviner lesquels sont les plus importants. Si Alixe et surtout Zyzo sont souvent au centre de l’action, ils ne seraient pas allés très loin sans d’autres héros attachants et profonds. On n’échappe pas à quelques personnalités stéréotypées mais encore une fois, c’est pardonnable. J’émets pourtant un doute sur leur âge à tous. Même en ayant grandi sans adulte depuis leurs 6 ans, je doute que des adolescents de 12 ans aient autant de maturité. Il y a dans des deux côtés, des leaders charismatiques, des êtres très réfléchis qui anticipent beaucoup le futur et ça ne colle vraiment pas, selon moi, avec une entrée dans l’adolescence. Ce livre est cependant accessible aux bons lecteurs de 12 ans (les plus grands seront peut-être un peu déçus par la fin).

J’ai été véritablement happée par cette folle aventure parisienne ! Michel Bussi m’a agréablement surprise alors que je l’attendais au tournant. Ce premier tome est dynamique, mystérieux et très riche. La suite devrait sortir en juin prochain si je ne me trompe pas; je serai au rendez-vous !

Note :

04

Auteur : Michel Bussi
Editeur : Pocket Jeunesse
Date de parution : 1er octobre 2020
Format : broché
Genre / thématique(s) : fantastique, aventure
Tranche d’âge : à partir de 12 ans
Nombre de pages : 512
ISBN : 9782266306218

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s