Cœur collège, Tome 1

Garance, déjà cynique à 11 ans, et son amie Linon, qui a un crush pour Noa, un garçon imprévisible, se posent beaucoup de questions sur l’amour. Elles décident de mener une vaste enquête auprès des grandes de l’école, telles Enjoy Parasol, la fille la plus canon de l’école, ou Adèle, la gothique rebelle qui traîne une réputation de « fille facile ». De nombreuses surprises les attendent, qui vont les forcer à apprendre à voir au-delà des apparences; et à découvrir que même les deux meilleures amies du monde peuvent avoir des secrets l’une pour l’autre.

J’ai littéralement craqué pour les dessins de Maya ! La rondeur des visages et la douceur des couleurs m’ont donné envie de découvrir cette bande dessinée dont j’appréhendais pourtant la potentielle naïveté du scénario.

Après le dessin, ce qui fonctionne bien c’est la complémentarité des deux héroïnes. Elles sont aux antipodes l’une de l’autre, autant par le physique que le caractère. L’une représente la douceur et la candeur avec une pointe de crédulité, tandis que l’autre est cynique, franche et très drôle. Au lecteur de choisir sa préférée ! Elles sont la preuve parfaite qu’il n’est pas indispensable de se ressembler à 100% pour s’apprécier (elles verront d’ailleurs plus tard qu’être la copie conforme d’une copine peut jouer des tours). Avant même de parler d’amour, les premières planches sont là pour dire « voilà, c’est ça l’amitié ».

Durant leurs investigations sur la question de l’amour, les collégiennes découvrent bien d’autres choses tout aussi essentielles : l’importance de ne pas coller des étiquettes, de faire fi des rumeurs, d’être soi-même en toute circonstance, de se confier quand un souci devient trop pesant… Ce sont des lignes de conduite qui sont primordiales à cet âge où le moindre faux pas est immédiatement pointé du doigt. Pour que le message concernant la tolérance soit plus pertinent, j’aurais aimé voir des personnages hors normes : des adolescents gros, des maigres, des grands nez, quelques boutons sur le visage… Ici, ils sont tous beaux sans exception.

Bien évidemment, cette histoire n’est pas que moralisatrice. On y trouve aussi beaucoup de moments drôles, notamment grâce à des personnages secondaires exagérément stéréotypés : la commère qui connaît la vie de tout le monde, les deux BFF, le garçon qui sort avec une fille par défaut parce que celle qu’il convoitait l’a rejeté, etc.

Je tiens cependant à mettre l’accent sur une scène qui se veut drôle mais qui pour moi ne l’est pas : à la fin d’un gag, un garçon est dans le bureau de la principale pour se plaindre de deux filles hystériques et on voit distinctement la trace d’une main sur sa joue. J’estime avoir l’esprit très ouvert mais selon moi, une gifle ne devrait pas être un sujet de drôlerie (sauf quand on est constamment dans l’exagération comme dans un album de Titeuf par exemple). Il faut garder à l’esprit que c’est un acte humiliant et si vous pensez que j’exagère, dites-moi si vous auriez trouver ça aussi drôle si le personnage avait été une fille… Heureusement, ça ne concerne qu’une vignette et ça ne condamne pas l’ensemble de la bande dessinée.

Je l’ai refermée agréablement surprise. J’ai aimé les thématiques fortes qui sont abordées au travers de ces questions sur l’amour. J’ai hâte de découvrir sur quel sujet porteront les prochaines aventures de Linon et Garance et de pouvoir admirer de nouveau les tracés fin de Maya.

Note :

04

Scénario : BeKa
Dessins : Maya
Editeur : Dupuis
Date de parution : 20 août 2021
Genre : BD tout public
Nombre de pages : 96
EAN : 9791034754205

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s